Aujourd’hui, focus mérité sur les 20 premiers équipages qui étaient déplacés dans deux villages situés à environ 40 minutes de Merzouga. Guidés par l’Association Enfants du désert, sa présidente Laetitia Chevallier et ses benevoles, ils ont visité une école, proposé des ateliers d’activités et profité de la cuisine locale et d’un clin d’œil surprenant mais réussi à la gastronomie française. Retour sur une journée qui a enchanté les enfants, les petits comme les grands !

 

 

Le départ était donné à 8 :30 ce matin pour 40 étudiants qui avaient décidé de dédier une journée à l’Association qui œuvre auprès de Désertours depuis maintenant 13 ans, grâce aux dons des participants au 4L Trophy et aux autres rallyes de l’organisation. Divisés en deux groupes pour la journée, pour une totale immersion dans la vie des enfants, ils ont offert de leur temps pour partager des moments forts avec les enfants de deux villages voisins.

 

 

Du côté de Mezguida, les Trophistes des équipages 892, 1838, 557, 1548, 1047, 1077, 1454, 1165, 1764 et 75 ont été accueillis dans l’école primaire composée de six classes, dont une flambant neuve et une quasiment achevée, financées par les dons du 4L 2017. C’est Ibtissam Karaoui (elle a insisté pour qu’on cite son prénom et son nom, fière de représenter les élèves) qui a prononcé un message de bienvenue dans un français maitrisé à l’accent chantant, suivie du Directeur de l’école qui a multiplié les remerciements. Déjà très émue, Audrey de l’équipage 1764 a d’emblée versé quelques larmes d’émotion que la joie des écoliers ont vite séchées.

 

En classe !

 

Dans la classe de niveau 2, Slimani Mohamed l’instituteur donnait une leçon de français aux élèves de huit ans. Les étudiants ont été surpris, d’abord par le niveau, quand ils ont entendu parler de pronoms personnels, d’auxiliaire avoir et de passé composé, mais aussi par l’envie des enfants qui sautaient de leurs sièges en levant la main pour répondre aux questions de leur professeur. La méthode participative, l’engouement de Slimani et l’enthousiasme de ses auditeurs ont laissé nos Trophistes bouchée-bée…

 

A 11 :00, Maeva et Manon de l’équipage 1548, que nous avions déjà croisées au VD à Biarritz ont symboliquement ouvert la porte de la classe fraichement terminée. Dégustation de dattes et verre de lait ont marqué cette petite inauguration en présence des membres locaux de l’éducation venus d’Errachidia pour témoigner de leur gratitude. « Merci pour ce travail pédagogique qui aide nos enfants » ont entendu les ambassadeurs, ravis de voir les retombées concrètes de leur engagement. Rappelons que les dons cette année ont atteint 35400€ et qu’ils continueront à financer des constructions, dont la salle attenante, destinée à être transformée en bibliothèque par Enfants du désert prochainement. C’est là que le thé et de délicieux petits gâteaux ont été servis dans la foulée pendant qu’une collation était aussi distribuée aux élèves comme tous les matins. Vers midi, il a fallu quitter cette école pour la suite du programme. Pierre-Jean et Maxim de l’équipage 1077 ont eu tellement de succès avec leurs casquettes hélicoptères qu’ils ont du mal à dire au revoir à leurs nouveaux camarades de classe pour retrouver leur 4L orange et les 9 autres véhicules en route vers la garderie du village.

 

 

 

 

Ateliers à la garderie

 

Après l’école, petite récréation pour tous. Les Trophistes ont pu proposer des activités qu’ils avaient préparées en amont pour les enfants à la garderie. Nous avons retrouvé Manon et Maeva, qui ont ravi une quinzaine de petites filles en leur faisant fabriquer des couronnes de princesses avec des perles et des rubans colorés. A côté, c’était tissage de bracelets brésiliens avec les coachs de l’équipage 75 ou décopatch et collages sur des verres à photophores avec l’équipage 1454. A l’intérieur, un groupe de garçons répondait aux devinettes des filles de l’équipage 1764 sur le thème « les cinq sens » : sonneries d’Iphone à reconnaître pour l’ouïe, senteurs d’huiles essentielles côté odorat, confitures et miel pour le goût. Nous avons laissé écoliers et étudiants en pleines activités pour rallier Ksar Dabhia pour une seconde partie de journée placée sous le signe de la gastronomie.

 

 

Repas de fête et soupe façon Bocuse

 

Dans ce village voisin niché dans une palmeraie, ce sont les équipages n°1753, 1797, 1623, 81, 1654, 1304, 146, 312, 309 et 1135 qui étaient en action auprès d’Enfants du désert. Au fond d’une allée, une odeur inhabituelle se dégageait d’une maison où Thibault et Côme, étudiants à l’Institut Paul Bocuse concoctaient la soupe VGE, du nom de l’ancien Président français. Morilles, trompettes de la mort, céleri, carottes, bouillon de volaille et sauce soja composaient cette recette que les deux cuisiniers avaient à cœur de faire découvrir aux enfants. Ils ont dû laisser de côté le foie gras et les truffes, ingrédients qui complètent normalement ce met prestigieux, pour des raisons évidentes de logistique. « Nous avons mis sous vide les carottes et le céleri déshydratés la veille du départ ! » ont précisé ses deux toqués, qui portaient fièrement leur coiffe devant le regard curieux des enfants avant d’ajouter qu’ils avaient reçu l’aide de Monsieur Boivin, MOF talentueux et généreux qui a partagé son expérience notamment pour gérer les quantités : “ces légumes ont été découpés à la mandoline puis cuits au four à 60° pendant trois jours”. Intarissables sur leur projet, ils ont fait vivre les valeurs de générosité et de partage, chères à l’école du célèbre chef français récemment disparu. Et la soupe a fait un carton ! Elle a beaucoup plu aux enfants, ainsi qu’aux étudiants, qui sortaient pourtant d’un repas gargantuesque.

 

Les équipages et la Team d’Enfants du désert étaient en effet invités dans la maison en pisé d’un membre du village qui avait annoncé un festin. Il n’a pas menti… Après le traditionnel thé à la menthe accompagné de petits gâteaux et suivi de cacahuètes et d’amandes, un tajine de poulet aux olives a été dégusté par les convives qui, déjà repues, se sont vu offrir un second tajine, de bœuf, pruneaux et abricots cette fois ! Heureusement, le dessert  était léger…

 

Encore des jeux !

 

Les ambassadeurs se sont mobilisés pour proposer des ateliers très diversifiés qui ont beaucoup amusés les enfants. Gros succès notamment pour le Twister géant animé par Clémence et Augustin de l’équipage 312 : les enfants qui se contorsionnaient pour poser leurs mains et leurs pieds sur la bonne couleur ont fait mourir de rire tous leurs copains. Idem pour la marelle dessinée par les filles de l’équipage 1135,  le grand jeu de l’oie de Camille et Claire (n°1623), les masques d’animaux, les pompons ou les scoubidous… Les Trophistes s’étaient tous décarcassés. Eux qui souhaitaient donner du plaisir et ont été exaucés au-delà de leurs espérances. Le langage du sourire est universel et les moments partagés aujourd’hui donnent tout son sens au 4L Trophy.