Il s’en est passé des choses depuis le village départ de Biarritz… Le temps de trajet jusqu’à Algeciras estimé entre 11 et 15 heures, est toujours l’occasion d’un plongeon dans le grand bain et l’esprit du 4L : aventure et solidarité, les Trophistes ont déjà les clés.

 

 

Si les liens commencent à se tisser entre les étudiants dès le Village Départ, la traversée de l’Espagne est propice aux coups de pouce et donc, aux nombreuses rencontres entre groupes de 4L, notamment sur les différentes aires d’autoroute où ils font des pauses et se restaurent pour reprendre des forces. Le convoi a bien avancé dans la journée de jeudi et les équipages ont rallié Valladolid, Salamanca, voire même Caceres ou Séville pour les plus téméraires qui avaient opté pour la conduite de nuit, préférant une autoroute presque déserte. Ce fut le cas pour deux équipages partis en solitaires (n° 500 et un peu plus loin n°90) croisés tard mais sereins, peu après 1:00 du matin.

 

Chacun sa route, chacun son train-train…

Pour finir sur le thème de la descente « version tourisme », nous avons noté la présence d’une 4L à quatre kilomètres de la frontière portugaise pendant qu’une autre longeait pépère la côte Est de la péninsule via Barcelone ! Et oui… C’est ça l’envol du rallye : les participants profitent de cette étape libre pour choisir leur itinéraire à leur guise et ainsi voir du pays !

Idem à l’approche de la nuit. Les plus prévoyants qui avaient réservé un hôtel en amont, ont dormi dans un lit bien douillet alors que les apprentis-baroudeurs se sont rassemblés par petits groupes pour goûter aux joies du camping sauvage en communauté. Arthur et Eliot de l’équipage 712, se sont quant à eux raisonnablement arrêtés vers 23 :00 afin de s’assurer une nuit correcte et un lever à l’aube. Et ça a payé! Nous les avons retrouvés en fin de matinée à Algeciras, frais comme des gardons parmi les sept 4L arrivées les premières à la Casa Bernardo. « On est dans le top 10, ça commence bien ! » se sont-ils félicités, ravis d’avoir géré leur timing comme des chefs.

 

Algeciras, nous voilà !

A l’arrivée de cet équipage, le comité d’accueil mis en place par l’orga était opérationnel : stand information, stand médical et PC Méca, dont les 11 mécanos NORAUTO les attendaient pour soigner les premiers bobos. Ils ont été pris en charge en fin de matinée, tout  comme les équipages 102, 427, 1232, 1026, 209 et 90 et se sont installés en pionniers sur le bivouac du rallye. Les 39 étudiants de l’ESC Rennes déployés sur tout le site, leur ont également donné un sacré coup de pouce, démontrant une belle efficacité sur le terrain après les mois de préparation de leur mission d’accompagnement.

Désormais, les participants forment un  groupe solidaire fixé sur un objectif commun : vivre une grande aventure humaine et sportive. Ils ont témoigné, au fil de leur arrivée, du réflexe d’entraide qui règne entre eux depuis le départ. Sur la descente, on a échangé des pièces, réparé de légères avaries, partagé des repas et des tuyaux, géré les pannes en autonomie, tout cela de manière totalement naturelle. C’est ça aussi, la magie du 4L TROPHY. Camille, qui répond aux appels des étudiants via le numéro Désertours d’urgence dédié, a d’ailleurs pu constater qu’un très bel esprit circule : les équipages se soutiennent, s’attendent, se conseillent et repartent en se serrant les coudes.

 

Mobilisation générale de l’organisation

Côté organisation, même philosophie. Pour garantir une sécurité maximale sur le rallye, l’ensemble des membres de l’organisation a assisté dans l’après-midi à un briefing destiné à rappeler en détail le dispositif général du 4L : rôle des différents pôles  notamment des commissaires de course et du PC Méca, des médecins et autres pompiers ou membres de la Croix Rouge, système de pénalités, logistique et gestion des potentiels pépins de toute nature avec Mutuaide Assistance, tout a été passé en revue et les équipes sont prêtes pour gérer ensemble l’évènement.

Les participants ont peu à peu rejoint le bivouac inaugural de l’édition 2018 au fil de la journée et à 23 :00, 870 équipages le composaient. Munis de leur premier roadbook, une partie d’entre eux traversera dès demain le détroit de Gibraltar direction le Maroc. Les derniers arrivés seront accueillis dans la nuit et demain, et sont attendus à 11 :30 pour un briefing essentiel avant le grand saut vers le Maroc.